Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Savoirs traditionnels > Le pointu & le pescadou > La pêche aux filets

La pêche aux filets

La pêche aux filets

Un retour de pêche d'Yvon...en 2012.

Les pointus de Sanary et la pêche aux filets

Le pointu était un outil parfaitement adapté à la pêche aux filets, pêche pratiquée par les Sanaryens en fonction des époques, du temps, des poissons recherchés.

Peuvent notamment être rappelés :

- La battude  : Filet mis à poste pour la nuit, en forme de point d’interrogation pour dérouter le poisson et le pousser à s’emmailler. Il est posé sur des fonds d’herbier pour la recherche des rougets, bogues, sars, saupes, séverans et oblades. La battude se compose d’une nappe simple et d’un trémail à sa base : filet avec 9 mailles au pan sur une hauteur de 200 mailles et de 200 brasses de long.

- Le battudon ne comporte qu’une nappe simple.

- Le trémail à 3 nappes superposées de mailles différentes posé au fond pour capturer les rougets, rascasses …

- L’entremaille  : filets en coton adoptés par l’ensemble des pêcheurs et adaptés à la capture des rougets, seiches….

- La courantille : il parait que cette méthode de pêche était très appréciée de nos aïeux. Le pêcheur veillait en permanence sur le matériel en toute sécurité.
Ce type de filet que le pêcheur adaptait en ajoutant des flotteurs et le transformant en escombrières palamidière devenant des pièges aux petits thons.
La courantille volante capture d’avril à novembre les poissons pélagiques qui remontent en surface la nuit.
La calée de la courantille volante ne dure qu’une demi heure mais les nuits de lune nouvelle c’est-à-dire de nuit bien noire à 20 miles de la côte (à 5 heures de route). Dans des zones où les ferries croisent, imposant aux équipages une veille sans faille.

- La madrague  : Filet et zone de pêche particulière permettant de capturer les thons rouges lors de leurs migrations le long des côtes.
L’entrée de la madrague était toujours tournée à l’est par rapport au sens de migration de ce poisson dans l’hémisphère Nord.
Vers les années 1700, les pêcheurs de Saint Nazaire étaient réputés pour la valeur de leur raïs  ou rey  (roi en provençal désignant le patron responsable de la madrague).
Il convient ici de citer la madrague du Rouveau attribuée à M. BOYER au XVI° siècle… Compte tenu du caractère fort de ces privilèges, elles furent interdites en 1851.
Les femmes à terre préparaient les thons qu’elles faisaient sécher.

- Le gangui  : sorte de chalut miniature, tiré derrière le pointu.
Tout comme la pêche au râteau, le gangui connaîtra différentes réglementations successives.

- Le chalut, quant à lui, nécessitait d’avoir un navire plus grand et plus puissant que les pointus traditionnels.



GIF - 8.8 ko
A
GIF - 10.1 ko
P
GIF - 9.4 ko
S

Portfolio

Le ramendage des filets sur le quai en 1956

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip

Mis à jour le mercredi 21 juin 2017